La précocité chez l’enfant, de la compréhension à l’acceptation.

Un enfant précoce peut être un enfant à haut potentiel intellectuel (HPI); mais comment définir ce terme qui a remplacé l’appellation « surdoué » depuis maintenant plusieurs années ?

Expliquer le qualificatif HPI reste une chose complexe. Dans l’imaginaire collectif il est souvent assimilé à un quotient intellectuel (QI) plus élevé que la moyenne. Mais un chiffre comme 130 ou 150 peut t’il vraiment suffire à définir un enfant à haut potentiel ? Pas si sûr… Les tests permettant de calculer le quotient intellectuel sont désormais souvent associés à une vision trop étroite et pragmatique et nous assistons à une évolution des définitions et pratiques liées à ce sujet.

Nous savons désormais que trois composantes sont présentes chez les enfants à haut potentiel intellectuel :

  • Une aptitude intellectuelle élevée qui peut être rendue visible grâce à un teste de QI ou dans la maîtrise d’un domaine spécifique (artistique, mathématique, littéraire…etc).
  • Une grande créativité impliquant flexibilité, originalité et curiosité.
  • Un fort engagement et une motivation marquée dans un domaine en particulier.

Le cerveau d’un enfant précoce tel qu’on le décrit ici fonctionne rapidement et en arborescence. Cela peut parfois donner une impression de dispersion ou de manque de concentration.
Nous pouvons avoir l’impression qu’avec tous ces atouts un enfant HPI est un bon élève qui réussit tout, et pourtant… Il est parfois à l’étroit dans ce cadre qu’on lui impose et qui ne correspond pas toujours à ses besoins.

Même si de nombreux enfants à haut potentiel intellectuel se sentent bien dans leur peau dans une société qui est maintenant mieux informée et formée, certains d’entre eux traînent leur différence comme une casserole bien trop lourde. Il ne comprend pas pourquoi il n’arrive pas résoudre des problèmes qui semblent simples pour ses camarades, cela peut créer chez lui une perte considérable de confiance en lui.

Le HPI peut également avoir l’air paresseux ou même arrogant, en réalité c’est parce qu’il a absorbé une connaissance après une ou deux répétitions maximum là où un autre enfant l’aura absorbé en cinq à sept répétitions; il a besoin d’être stimulé intellectuellement.

Pourquoi peut d’enfants à haut potentiel sont détectés et accompagné ?
Il peut avoir des résultats très faibles par rapport aux autres, il peut même avoir développé un trouble de l’apprentissage et finalement passer inaperçu et souffrir sans pouvoir poser des mots sur ce qu’il vit.

Faire un test ou ne pas le faire, telle est la question ! Si le résultat est négatif l’enfant risque de perdre confiance en lui et de devoir reconstruire de nouveaux repères, et si le test de QI n’était pas nécessaire ? Voilà une belle occasion de s’intéresser et d’accompagner toutes les différences pour en révéler les richesses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s